Le motif choisit comme sujet ou comme modèle est aussi caractéristique d’une forme définie qui se répète. Elément polymorphe, le motif peut se composer à partir de formes multiples : graphiques, figuratives, narratives ou symboliques.
Par un jeu incessant de répétitions, de superpositions et d'accumulations, Amélie Lengrand utilise le motif comme structure visuelle pour organiser et envahir l'espace ou le cadre.
Effets cinétiques et jeux d’illusions, confusion et fragmentation de l’image s’équilibrent subtilement avec la couleur.

Aspirée par le vide, l’artiste sature l’espace par une accumulation d’images alternant dessin, peintures, gravures, et volumes jouant avec le mouvement et la lumière.
Univers de l'irrationnel et activité onirique prolifique offre à Amélie Lengrand une matière autant visuelle qu'émotionnelle. Les jeux d’anamorphoses, l’absurde ou l’appartition de phénomènes singuliers font emerger une dualité autant dans la composition que dans l’utilisation des différents supports qu’elle utilise. Matières brutes et supports délicats coéxistent et font apparaître des forces contraires et paradoxales.

Dans l'expérience du volume et de l'installation, Amélie Lengrand fait également usage du motif pour mieux immerger le public. Devenant matière, cet élément répété se propage à l’espace et aux surfaces. Transformer la matière, et la mettre en scène participent ici à la construction d’un paysage fantasmé, dialoguant avec l’environnement.
Avec ses Woodcuts peints et entaillés, elle crée des surfaces vibrantes à la lumière, les superpositions de lignes offrant une profondeur au cadre. Le jeu d’échelles de piscine imbriquées, forme, quant à lui un labyrinthe mental architecturant l’espace.

Expérience de la matière et de la couleur, alternant l’aléatoire et la règle, la maitrise et le lacher prise permettent à Amélie Lengrand de convoquer la mémoire du corps. A la brutalité d’une lame tranchante pénétrant le bois s’oppose la fragilité du papier et de la soie sur laquelle vient se poser délicatement la pointe d’un pinceau. En travaillant sur cette dualité des supports pourtant nourrit l’un de l’autre, Amélie Lengrand pose un regard poétique sur les rapports de force qui nous animent et nous construisent.












































 










© 2018 Amélie Lengrand. All Rights Reserved